l'éveil des singes 2 001



La mort, cette étrangère. (Le pauvre Brice ne peux rien faire contre elle.)

La vie est dans son essence assassine.  Elle donne naissance à la mort (pour une fois, l'expression les chatsne font pas des chiens est érronée!). La mort, tant redoutée, tant détestée.  La vie tant convoitée et tant précieuse  . Pourtant, toutes deux sont sœurs, indissociables l'une de l'autre. Pourquoi alors tant de peur autour de la mort ( Le vieux singe de la pub OMO : "parce que des fois ça tâche les habits !")? Pourquoi est-elle un tabou? Après tout, elle constitue un équilibre nécessaire, comme le mal équilibre le bien, comme la laideur équilibre le beauté.(Patrick Sebastien : "Je préfèrerais que le monde soit déséquilibré si c'est comme ça! Ca serait FORMIDABLE !" ).

L'équilibre est essentiel à la conscience. C'est son point de repère. Sinon, comment saurions nous que nous sommes beaux ou bons, si il n'y a ni laids ni  mauvais? ("certes, merci les moches!")  En prenant repère sur des caractéristiques distinctes, on prend conscience de ce que l'on est ("Un sacré connard"). On sais alors dans un premiers temps que l'on est différent de M.X .On prends alors conscience d'un autre et par la même occasion de soi-même (Descartes "Tu es si intelligente Liloupiotte, je vais noter ça dans mes travaux, en gros ce que tu nous dit c'est que la pensée permet d'exister! Ca te dérange si je te pique l'idée ? Quel génie, tu m'éblouis par ton intelligence et ta beauté, faisons des bébé!"). La mort est également un équilibre nécessaire à la conscience. Si elle est tant repoussée c'est parce qu'elle donne conscience en elle même : à la mort (Loana :"C'est pas vrai, de mon coté c'est la mort qui n'arrête pas de me repousser") . Elle nous montre que nous ne sommes pas là pour toujours. Qu'elle est une fin en soit. La mort fait également peur pour une autre raison. Elle annonce certes, quelque chose de différent de tout ce que l'on peut connaitre, c'est à dire de la vie mais son concept en lui même nous demeure totalement étranger. Tout simplement parce que la vie, on l'a connait. La mort elle, on ne la connait pas ("Bien joué Captain Obvious!"). La mort est sujet de débat pendant la vie. Or c'est pendant cette période qu'elle demeure un mystère. Elle provoque alors la peur et le mépris. On à alors peur de perdre la conscience, cette conscience d'exister, du « moi » qui n'existe pourtant que par elle. On a peur de cette conscience de ne plus avoir conscience. Avec l'histoire de l'Homme, nous constatons facilement que l'inconnu fascine autant qu'il provoque la peur et de par cela, la haine. C'est la principale cause de racisme. Tout ce qui est différent fait peur, la mort aussi. Parce que tout ce qui diffère nous donne un repaire dans notre conscience de soi qui est souvent embrumée par une société uniformisée. La conscience en effet fait peur ( d'où la peur de la mort qui est également une conscience). Ce n'est pas par hasard que, les dictatures se servent de partis uniques, de slogans allants dans le même sens. Ce n'est pas pour rien que la littérature est brûlée pour laisser place à des enseignements uniformes, que les intellectuels sont fusillés et que tout opposant politique se voit immédiatement abattue. En maintenant une population dans une bulle où aucune différence ne semble aller à l'encontre du parti, elle perd toute conscience ,tout point de repaire lui faisant peur. Elle croit alors que tout est normal et que la vie ne peut se passer autrement (Aldous Huxley : "Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !"). Aussi sanglante soit la dictature dans laquelle elle vie. Big Brother pourrait à l'extrême bien exister. Et quand bien même certains connaitraient des différences de régimes, il préfèreraient néanmoins ne pas avoir la liberté de choix et de penser (Florent Pagny : "Jp'réfère donner ma meuf t'as vu que ma liberté de penser moi!") : ne pas savoir est beaucoup moins effrayant que de savoir (Candidat X de Secret Story :"Voilà pourquoi je n'ai peur de rien. Fuck Yeah !").

Malgré la peur de mourir, l'homme cherche néanmoins a donner une signification rassurante à ce phénomène non pas inquiétant en réalité mais inconnu et différent. La peur de ne plus avoir conscience est alors affaiblis grâce à l'espérance de connaitre après la vie quelque chose que nous connaissons déjà et qui donc nous rassure : la vie après la mort. La transformation de la mort en vie, en quelque chose que nous connaissons pour faire simple. Ainsi la peur de la mort disparait car la mort elle même est annihilée. Par quoi ? Par la religion !

Cela était prévsible car il ne pouvait y avoir que deux options :

-Soit après la mort il n'y a rien, et la conscience de soi disparait avec la vie et le corps.

-Soit après la mort, il y a quelquechose d'autre que le néant.

Bien entendu, on se dirige plus volontier sur la seconde possibilité qui parait plus sympathique.

 

La religion : Premier résultat d'une prise de conscience de l'éphémère.

 

Certains individus ont tout de suite compris l'intensité du pouvoir qu'il pouvaient détenir de la peur de mourir de la masse ignorante. Comme personne ne connaissait "l'autre coté", et que cette ignorance ne rassurait pas les Hommes, une poignée d'entre-eux a créé la religion. La religion ressemble de très près à la dictature. Le principe est le suivant : les êtres humains sont comme un troupeau de moutons égarés. Ils ont besoins d'être guidés sans quoi leurs conscience serait trop oprressante et angoissante pour eux. N'ayant pas la force de s'aventurer en direction de la vérité, les Hommes ont de ce fait toujours préféré être guidés par quelqu'un ayant une grande imagination et un discourt démagogue et paternaliste la volonté de proumouvoir la paix à des fins purement politiques altruistes.

Ainsi les souverains purent trouver une source importante de légitimité : le pouvoir divin. Quel autre fantastique messages nous livre ainsi la religion, récit inventé par des hommes qui ont su convaincre d'autres Hommes, à une époque où ni la science, ni l'instruction n'étaient assez évoluées et répandues pour permettre aux individus de comprendre certains phénomènes naturels ? Fiction qui au départ se veut rassurante et explicative, pour combler le manque de savoir, fiction ainsi déformée au fur et à mesure par des hommes de plus en plus profiteurs et fous. Textes destinés à contenter l'ignorance et qui finit par en faire une arme redoutable finalement utilisée par des fous pour mener souvent à bien des intérêts essentiellement politiques : la guerrre de religion, l'extrémisme, l'intolérance.

Il y a 2000 ans, les disques durs n'existaient pas, les écrits étaient rares. Facile de modifier un message qui au départ était déja farfelu.

Peut être que mon opinion vous choque si vous êtes croyant (Mon for intérieur : "De toute façon personne ne te lis, vas-y lâche toi, continue de gueuler sur tout et n'importe quoi, je sais que t'aime ça coquine!"). Mais ne croyez vous pas que si Dieu existe, il ne serait pas plus intéressé par des individus qui recherchent autrement que par de simples écrits datant de plusieurs siécles l'origine de la vie et des phénomènes naturels?

Ce que je critique en somme, ce n'est pas la religion et la croyance, je respecte la croyance de chacun tout comme notre chère Constitution. Ce que je critique, c'est ce que les Hommes en font. Un outil qui justifie l'ignorance et l'abrutissement des masses. Ignorance qui conduit à considérer la femme comme un être inférieur, qui conduit à exterminer d'autres croyants qui n'ont pas opté pour le même culte que vous, qui conduit au terrorisme, au communautarisme et aussi à l'intolérance. Et même à des putains de commérages de merde qui sont destinés à se compliquer la vie et à pourrir celles des autres. Par exemple "Ho, nous ne pouvons enterrer religieusement cette petite fille subitement morte d'un arrêt cardiaque car elle n'a pas été baptisée" ou encore "Han il ne fait même pas le ramadan", "Il mange du porc, il va aller en enfer!", "C'est un juif, tu traine avec un sale juif !", "Je ne me mari qu'avec un homme de la même communauté religieuse que moi". Bitch please !

La religion ou l'homme religieux qui oblige fait croire à une femme que se couper du monde en réduisant ses activités au ménage, à la cuisine et à la ponte d'enfants et en recouvrant l'intégralité de son corps et de son visage pour ressembler à un fantôme qui ferait saliver Pac-man c'est normal !

Vivez votre vie comme vous l'entendez tant que vous ne tuez pas, ne violez pas, en gros tant que vous ne causez de tort à personne, respectez chaque être vivant et si Dieu et le paradis existe, vous trouverez votre place là-bas. Pas besoin de devenir un croyant aveugle. Si vous pensez que Dieu envoi en enfer les athés parce qu'ils sont athés, parce qu'ils ont osé regarder au delà de ce qu'on leur disait étant petits, parce qu'ils préférent affronter l'inconnu de la mort et ce même s'ils ont été bons toute leur vie, c'est penser que Dieu est un con. Et à ce moment là, vous êtes un moins bon croyant que les athés.

Je tiens à ajouter au cas où quelqu'un trouverait un vague intérêt à ce que j'écris, que je ne veux pas être mal interprétée. C'est vrai que je parle de la religion d'une façon assez crue et qui peut paraitre intolérante, j'en suis désolée. Ce sont les mauvais croyants qui m'ont rendue si cynique envers la religion. Encore une fois, je respecte tous les croyants tant que ces derniers respectent les autres, athés, ou ayant une autre confession. Je respecte quiconque ayant de la tolérance envers les croyances, les identités sexuelles, les origines ethniques et tout plein d'autres critères sur lesquels aucune décision patronale ne pourrait être prise au risque d'une condamnation pour discrimination...

 

l'éveil des singes 3 001